Trois cabriolets d'exception au banc d'essai

Publié le par iheb

Roadster minimaliste ou sportif, cabriolet familial : la décapotable découvre ses charmes pour profiter des premiers rayons du soleil.

Chaque année, au moment où les jours rallongent, les tenues vestimentaires s'allègent, les terrasses sont prises d'assaut... et les cabriolets sortent de leur torpeur. La formule magique pour procurer le plein de sensations à des vitesses tolérées. Synonyme de liberté et d'évasion, le cabriolet est porté par l'explosion de l'offre mais aussi par le renforcement de sa polyvalence. La cuvée 2010 ne manque pas d'air avec trois nouveaux véhicules signés par des marques de prestige : Audi R8 Spyder, Porsche Boxster Spyder et Maserati GranCabrio. Trois machines répondant à des logiques d'achat et des inclinations différentes. Trois futures stars du macadam pour parader cheveux au vent et prendre le chemin de l'école buissonnière, les sens en éveil.

 


Audi R8 Spyder:un taureau à l'air libre

 

(Photos DR)



L'asphalte défile sous les roues. Sous le poids de la vitesse, les arbres semblent ouvrir une haie d'honneur, tandis que les lignes blanches forment un trait rectiligne et continu. La position de conduite au ras du sol ne peut que renforcer cette sensation. Catapulté à 8 200 tr/min, le V10 à injection directe en position centrale arrière déchire l'atmopshère. Bienvenue à bord du spyder Audi R8. La pureté de ses lignes, marquées par la suppression des panneaux latéraux en aluminium et l'apparition de persiennes sur le capot moteur en carbone, soulève l'enthousiasme. Si le capot vitrine qui permettait d'admirer la mécanique a disparu, du sang italien - celui de Sant' Agata - coule toujours dans les veines de ce roadster exclusif. Largement inspirée de la Lamborghini Gallardo pour la technique, la R8 Spyder n'a pris que 100 kilos de renforts au profit de la rigidité grâce à sa conception allégée en aluminium. Loin d'être rédhibitoire pour entamer le tempérament de feu du moteur italien. Capote repliée en 19 secondes en roulant jusqu'à 50 km/h et vitre arrière en place pour neutraliser les rafales de vent, le spyder est paré pour la balade enivrante. Dans un confort royal, il passe, à la demande, du rythme de la promenade à celui d'une sportive déchaînée. A chaque accélération, le coeur fait boum-boum. La R8 ne cille jamais sur sa trajectoire grâce à la motricité parfaite de la transmission intégrale. On profite alors sans aucune retenue des performances vertigineuses du V10 couplé au choix à la boîte 6 robotisée (7 450 euros) ou manuelle commandée par une grille en aluminium. Pour le bien-être et la sécurité des occupants, Audi a même prévu des freins en carbone-céramique d'une efficacité diabolique (9 600 euros), une sellerie en cuir neutralisant les rayons du soleil et un microphone de ceinture pour téléphoner en roulant cheveux au vent. On n'arrête pas le progrès.



Porsche Boxster Spyder: l'esprit RS



Suivant l'exemple des versions allégées RS de la 911, Porsche s'est livré à un nouvel exercice autour du Boxster en suivant à la lettre le principe hérité de la compétition selon lequel mieux vaut diminuer le poids que de se lancer dans la course à la puissance. Evoquant les premières biplaces de course de la marque, ce spyder ravira les « porschistes » avec le double bossage façon Speedster, dans le prolongement des appuie-têtes. Pour gagner 80 kilos sur la bascule, cette version radicale renonce à certains équipements de confort. Outre l'absence d'autoradio et de GPS, on notera l'ouverture des portes à l'aide d'une sangle, comme sur les voitures de course, et la présence d'une toile rudimentaire en guise de capote. Dépourvue d'insonorisants, celle-ci est vraiment de secours en cas de pluie. Son montage, d'une extrême compléxité, confirme que le Spyder a été conçu avant tout pour rouler décapoté. On ne s'en privera pas car il réserve des sensations fabuleuses. Pour en avoir le cœur net, il suffit d'emprunter la première route sinueuse. Bien que les 10 ch gagnés par le flat-six 3,4 litres paraissent ridicules, couplés à la conception allégée, aux suspensions surbaissées de 20 mm et aux pneus de 19 pouces, vous aurez entre les mains un Boxster transfiguré et ultrasportif. Virant à plat dans le son rauque de son flat-six et s'arrachant des épingles à la vitesse d'une balle, ce Boxster ensorcelle son conducteur qui aura l'impression de faire corps avec la machine. Et comme les freins ne plient jamais sous l'effort, on peut prolonger l'exercice jusqu'à la dernière goutte d'essence, à condition d'accepter des suspensions d'une fermeté excessive.


Maserati GranCabrio:une formule rare



 L'arrivée de la variante découvrable du splendide coupé Gran Turismo vient à point nommé combler, malgré une offre pléthorique, l'absence d'un modèle de prestige capable de loger quatre adultes. Ce petit miracle repose sur un empattement de limousine (2,94 mètres) servi dans une carrosserie raffinée de près de 5 mètres de longueur. Excepté la BMW Série 6, mais à un niveau de standing inférieur, personne n'est actuellement capable de se frotter à ce phénomène italien. A l'usage, l'énorme surface de la capote en toile triple épaisseur et l'architecture atypique décalant tous les composants vers l'arrière au profit de l'équilibre de la répartition des masses ménagent finalement peu de place dans le coffre, absolument pas taillé pour les effets de quatre personnes.

En 28 secondes en roulant jusqu'à 30 km/h, l'habitacle tendu de cuir se retrouve exposé à la lumière du jour. Malgré une présentation qui affirme son statut très haut de gamme, la finition laisse encore à désirer à certains endroits et les boutons de la console centrale apparaissent surannés. Dommage, car ce cabriolet sait parler à l'oreille des amoureux d'automobiles. Elevé chez Ferrari, le V8 de 4,7 litres se signale par son envoûtante symphonie. Bien sûr, les 100 kilos de renforts amenant le poids à plus de 2 tonnes, la boîte automatique œuvrant piane-piane et les freins s'échauffant rapidement invitent à modérer ses ardeurs. Modèle de confort et d'élégance, ce grand cabriolet se complaît dans le registre du grand tourisme. Il ne faut pas prendre pour autre chose ce modèle qui exige un surcoût de près de 12 000 euros par rapport au coupé. A ce niveau de tarif, vous devrez remettre la main au portefeuille pour accéder au filet coupe-vent (957 euros), aux palettes au volant (240 euros) et à l'interface iPod (359 euros) mais vous aurez la possibilité de configurer la voiture à votre goût parmi 2 000 combinaisons de coloris disponibles.

 

Publié dans auto et moto

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article