Ligue des champions: Bayern-Inter, finale ouverte

Publié le par iheb

MADRID (Reuters) - La finale de la Ligue des champions samedi entre le Bayern Munich et l'Inter Milan ne pourra se réduire à un affrontement entre deux clubs désireux de renouer avec leur glorieux passé ou à un duel d'entraîneurs à forte personnalité.


Quels qu'en soient le scénario et le résultat, cette finale, la première jouée un samedi, pourrait modifier le paysage du football européen, déjà altéré par la simple présence de ces deux clubs à Madrid.

Le Bayern, qui a notamment écarté Manchester United puis Lyon, et l'Inter, bourreau du tenant du titre, Barcelone, en demi-finale, n'étaient pas les deux équipes les plus attendues au stade Santiago Bernabeu.

En cas de victoire, chacune couronnerait pourtant sa saison par un triplé Ligue des champions, championnat et coupe nationale inédit pour elles.

Leur jeu est loin d'avoir soulevé l'enthousiasme des foules depuis le début de saison et certains craignent d'assister à un match peu spectaculaire.

Cette peur est renforcée par l'absence de Franck Ribéry du côté du Bayern. Suspendu, le meneur de jeu français pourrait cependant profiter de son déplacement à Madrid pour prolonger son contrat avec le club munichois alors qu'un transfert vers le Real a longtemps été envisagé.


MOURINHO VERS LE REAL?

L'avenir de José Mourinho devrait en revanche se décider après la finale. Le Portugais, qui a été un adjoint de Louis van Gaal quand l'actuel entraîneur du Bayern exerçait au FC Barcelone, est tenté de quitter l'Inter Milan pour le Real Madrid.

S'il quitte le club lombard, qui n'a plus gagné la Ligue des champions depuis son doublé en 1964 et 1965, ce ne sera pas en raison d'éventuels problèmes avec son équipe mais plutôt pour ses relations très tendues avec les autres acteurs du football italien.

"J'aime tout le monde (à l'Inter). Du premier au dernier, ils donnent tout ce qu'ils ont. C'est fantastique la façon dont ils ont réussi à survivre à cette saison incroyable en jouant tous les trois jours", a dit Mourinho.

Le fait que cette finale se joue à Santiago Bernabeu, le stade du Real Madrid, n'aura pas échappé au Portugais, qui devrait s'accorder deux ou trois jours de réflexion avant de décider de rejoindre ou non l'Espagne.

L'avenir de Louis van Gaal paraît bien plus clair. Arrivé en Bavière en début de saison, l'entraîneur néerlandais restera à Munich même en cas de triplé, contrairement à ce qu'il avait annoncé initialement.

"Une défaite peut arriver en finale (...) mais ce serait incroyable de réussir le triplé dès la première saison avec une nouvelle équipe et un nouvel entraîneur", a-t-il jugé.

Quadruple vainqueur du trophée en 1974, 1975, 1976 et 2001, le Bayern est un club que les Allemands aiment détester.

L'Allemagne du football devrait pourtant être unie derrière lui samedi soir car il pourrait lui apporter une quatrième place qualificative pour la Ligue des champions aux dépens de l'Italie à partir de la saison 2011-2012.

D'après les règles de calcul des coefficients de l'UEFA, une victoire du Bayern ou un nul à l'issue d'une prolongation permettrait à l'Allemagne de compter un club de plus dans la plus prestigieuse des compétitions européennes.

L'Inter doit s'imposer avant la séance des tirs au but pour que la Serie A conserve ses quatre places en Ligue des champions, dont une pour le tour préliminaire.

Publié dans sport

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article