Intel et AMD souffrent du succès des tablettes

Publié le par iheb

Il devrait se vendre près de 119 millions de tablettes dans le monde en 2012, soit un chiffre en augmentation de 98%.

Le couperet est tombé jeudi 18 octobre. En proie à des difficultés financières croissantes, AMD, le fabricant américain de semi-conducteurs, a annoncé vouloir supprimer près de

1 600 postes sur un total de 11 000, soit 15 % de ses effectifs.

 

Le groupe a annoncé, jeudi, avoir enregistré une perte nette de 157 millions de dollars (120 millions d'euros) au troisième trimestre, contre un bénéfice de 37 millions de dollars sur la même période en 2011. Le chiffre d'affaires a quant à lui reculé de 25 % sur un an atteignant à peine le 1,27 milliard de dollars.

 

AMD n'est pas la seule entreprise du secteur à avoir présenté des mauvais résultats ce trimestre. Publiés mardi 16 octobre, les chiffres d'Intel ont eux aussi déçu les marchés.

Le numéro un mondial des puces électroniques a, en effet, annoncé une baisse de 14 % de son bénéfice, à 2,97 milliards de dollars. Deux principaux facteurs expliquent cette débâcle.


LES MAUVAIS CHIFFRES DU MARCHÉ DES PC

Il y a d'abord les mauvais chiffres du marché des PC. Longtemps très dynamique, celui-ci est aujourd'hui déprimé. Au troisième trimestre, il s'est rétréci de 8,3 % par rapport à la même époque de l'année précédente.

Entre le 1er juillet et le 30 septembre, le nombre de PC vendus a reculé pouratteindre 87,5 millions d'unités. La mauvaise conjoncture économique, notamment en Europe, a poussé les ménages mais aussi les entreprises à repousser leurs achats d'ordinateurs.

Ensuite et surtout, il y a l'explosion du marché des tablettes et des smartphones. Il devrait se vendre près de 119 millions de tablettes dans le monde en 2012. Un chiffre en augmentation de 98 % !

"Lorsque vous pouvez utiliser votre smartphone ou votre tablette pour lire vos mails, aller sur les réseaux sociaux ou encore jouer, le PC ne sert plus qu'àtravailler et vous n'avez plus besoin d'en racheter aussi souvent qu'avant !", pointeCraig Stice, du cabinet de recherche IHS iSuppli.


 QUALCOMM ET NVIDIA ET SAMSUNG TIENNENT LE HAUT DU PAVÉ

Le problème, c'est que sur ce marché-là, ce sont des entreprises comme les américaines Qualcomm et Nvidia ou encore le coréen Samsung qui tiennent le haut du pavé.

Si les deux premières ont récemment sorti des processeurs à "quatre coeurs", les plus puissants du marché, Samsung, lui, fournit les puces de ses propres smartphones mais aussi, en grande partie, celles des iPhones d'Apple.

Arrivées très tôt sur ce segment, ces entreprises ont capté toute la valeur du marché grâce à des produits moins puissants mais beaucoup moins énergivores que ceux produits par Intel ou AMD : les microprocesseurs construits sur une architecture ARM. Plus petits, ces composants sont aussi moins chers.

Pire, constamment améliorés, ils devraient même bientôt envahir le monde du PC ! "Le marché des semi-conducteurs est dans une phase de transformation radicale, on passe de deux acteurs principaux à une flopée de concurrents très agressifs et innovants. Pour passer le cap il va falloir qu'Intel et AMD accélèrent leur transition vers le mobile", remarque Sergis Mushell, analyste chez Gartner.


TRÈS EN RETARD SUR LA MOBILITÉ


A ce jeu-là, il semble, selon l'expert, qu'Intel ait un cran d'avance. "Il y a d'abord une prime au leader, mais il y a surtout la capacité de production colossale dont dispose Intel et dont AMD est dénué !", explique-t-il.

Intel, qui a lancé ses premières puces pour smartphone en 2012 et qui a remporté des contrats avec Orange et le constructeur chinois ZTE, fabrique 300 millions de pièces par an dans ses propres usines. Il dispose donc d'un volume et d'un appareil de production qui lui confère une grande flexibilité à la fois sur les prix mais aussi sur le type de composants fabriqués.

Très en retard sur la mobilité, AMD fait fabriquer ses microprocesseurs par Global Founderies. "C'est bien d'être sans appareil de production lourd à porter quand on est Qualcomm. Mais pas quand on a la taille d'AMD qui a besoin d'innover et d'adapter la technologie de ses processeurs à la nouvelle donne du marché !", souligne M. Mushell.

"Intel accélère les investissements pour innover, ce qui n'est pas le cas d'AMD, ils ont un an et demi d'avance !", note pour sa part Jérome Ramel analyste chez Exane BNP Paribas.

Ainsi Intel, dont les produits sont de plus en plus miniaturisés, a toutes ses chances dans la nouvelle configuration du marché. Pour AMD, en revanche, "on assiste à une mort à petit feu", s'inquiète un analyste. Dans un communiqué, AMD a pourtant déclaré devoir "se positionner pour profiter des nouvelles tendances du marché". Il était temps...

Publié dans high-tech

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article